Montréal et la vitalité économique en 2017

La section suivante est divisée en deux sous-sections qui recensent deux types d’indicateurs. La première sous-section définit le niveau relatif d’activité économique de Montréal comparé aux 14 villes nord-américaines. Elle donne un aperçu de la force économique de Montréal. La deuxième sous-section présente la croissance des mêmes indicateurs économiques. Cette sous-section permet de mesurer l’amélioration ou la détérioration de l’économie montréalaise.

Montréal présente des signes de renouveau économique

Montréal occupe le 14e rang du classement, rang qu’elle conserve depuis la première édition du tableau de bord en 2015 (en tenant compte des données révisées5). En ce qui concerne la croissance économique, la métropole passe du 15e au 13e rang, dépassant ainsi Saint-Louis et se classant ex aequo avec Philadelphie.

La croissance économique plus importante récemment commence à être captée par les indicateurs.

Niveau d’activité économique

Les indicateurs de cette sous-section mesurent le niveau d’activité économique de chacune des régions métropolitaines. Ils sont liés aux indicateurs de croissance de la section suivante, intitulée « Croissance économique ».

PIB réel par habitant

Le rang de Montréal relatif à cet indicateur demeure stable encore une fois en 2016 : tout comme en 2015 et en 2014, elle arrive bonne dernière, soit 15e sur les 15 villes analysées. Le PIB réel par habitant passe de 46 512 $ en 2015 à 46 856 $ en 2016 (en dollars constants de 2016). Les trois villes canadiennes se retrouvent dans le peloton de queue, comme dans les éditions précédentes (mais l’écart entre Toronto et Phoenix se resserre).

0
sur 15

Rang nord-américain de Montréal

PIB par habitant pour 2016 ($ de 2016)



Sources : Le Conference Board du Canada; Bureau of Economic Analysis; Moody’s.

Productivité (2016)

0
sur 15

Rang nord-américain de Montréal

Productivité en 2016



Sources : Le Conference Board du Canada; Bureau of Economic Analysis; Moody’s.

Lorsqu’on compare Montréal au niveau de l’indicateur de la productivité, la métropole se retrouve à la toute fin du classement, soit 15e sur 15, à l’instar des deux dernières années. Le PIB par emploi a augmenté de près de 200 $ par habitant, soit une hausse équivalente à celle de 2014 à 2015 (la productivité en dollars de 2016 est de 92 543 $). Malgré cette hausse, Montréal reste en dernière position à cause de l’écart important qui la sépare des autres villes. Seul changement important cette année : Toronto (116 000 $) dépasse maintenant deux villes américaines, à savoir, Saint-Louis (114 000 $) et Phoenix (110 000 $).

Revenu disponible par habitant 2013

Montréal se situe en queue de classement pour ce qui est de l’indicateur du revenu disponible par habitant : elle occupe la 15e place sur les 15 villes nord-américaines analysées. Le revenu disponible par habitant y est passé de 27 700 $ à 28 600 $ entre 2015 et 2016 (tous deux en dollars de 2016). Les deux autres villes canadiennes se situent aussi en bas de classement. Notons, toutefois, que lorsque l’on tient compte des dépenses de privées de santé par habitant des deux côtés de la frontière, l’écart entre les autres villes canadiennes et américaines diminue de façon significative.

0
sur 15

Rang nord-américain de Montréal

Revenu disponible par habitant en 2016



Source : Le Conference Board du Canada; Bureau of Economic Analysis; Moody’s.

Taux d’emploi

Montréal recule du 10e au 11e rang au chapitre du taux d’emploi, celui-ci étant passé de 60,8 % à 61,0 %. Ce recul relatif est attribuable aux gains enregistrés à Vancouver où le taux d’emploi a grimpé de deux points de pourcentage pour se situer à 62,8 %.

0
sur 15

Rang nord-américain de Montréal

Taux d'emploi 2016



Sources : Statistique Canada; Bureau of Economic Analysis; Moody’s.

Achalandage des aéroports

Au chapitre du taux de fréquentation de son aéroport, Montréal perd la 3e place qu’elle occupait depuis 2015 et recule au 4e rang, devancée par San Francisco. Toronto et Vancouver conservent leur 1er et 2e rang respectif. Malgré ce recul, le taux de fréquentation de l’aéroport montréalais par rapport au poids démographique de Montréal a augmenté de 15 % en deux ans, notamment grâce à l’augmentation de vols directs vers l’Asie (par exemple : Shanghai et Tokyo).

0
sur 15

Rang nord-américain de Montréal

Fréquentation des aéroports



Source : OAG.

Le classement de chacune des villes comparées est obtenu en additionnant l’ensemble de leurs rangs individuels pour chaque indicateur. Plus le chiffre est faible, mieux la ville en question est classée relativement aux autres villes. Le tableau classe les villes selon les indicateurs de la sous-catégorie “niveau d’activité économique”.

Classement des villes pour l'activtité économique 2017



Source : Institut du Québec.

Croissance économique

La croissance économique permet de mesurer l’évolution de l’activité économique. Elle met en perspective les données présentées dans la section précédente. Les données compilées permettent de constater l’évolution relative de Montréal au cours des dernières années.

Croissance du PIB réel moyen par année entre 2014 et 2016

En matière de croissance économique, Montréal grimpe au 13e rang, son meilleur rang en trois ans, si l’on tient compte des données antérieures révisées. Au dernier rang l’an dernier, elle présente aujourd’hui des indicateurs de croissance plus intéressants que ceux de Saint-Louis, et est à égalité avec Philadelphie.

0
sur 15

Rang nord-américain de Montréal

Croissance du PIB réel par habitant sur 3 ans



Sources : Conference Board du Canada; Bureau of Economic Analysis; Moody’s.

Au chapitre de la croissance du PIB réel par habitant, Montréal recule d’un rang au classement nord-américain, passant au 13e rang en 2016. Malgré ce recul au classement, notons que la croissance du PIB réel par habitant s’est quand même accélérée, passant de 0,4 % à 0,5 %, puis à 0,6 % l’an dernier. Les chiffres de l’emploi pour Montréal en 2017 donnent à penser que cette tendance à la hausse pourrait de nouveau s’observer dans la prochaine édition de ce rapport.

Croissance de la productivité

En ce qui a trait au sous-indicateur de la croissance de la productivité,
Montréal demeure au 6e rang du tableau de bord.

0
sur 15

Rang nord-américain de Montréal

Croissance de la productivité



Sources : Le Conference Board du Canada; Bureau of Economic Analysis; Moody’s.

Croissance du revenu personnel disponible

0
sur 15

Rang nord-américain de Montréal

Revenu disponible par habitant en 2016



Sources : Conference Board du Canada; Bureau of Economic Analysis; Moody’s.

Montréal perd un rang au chapitre de la croissance du revenu personnel disponible pour la deuxième année de suite et se classe au 7e rang. Notons que cela est attribuable à une augmentation plus rapide dans les six villes qui la précèdent, car depuis la première édition du tableau de bord, le taux de croissance est passé de 2,2 % à 2,3 %, puis à 2,7 %. Les baisses d’impôts annoncées lors de la plus récente mise à jour budgétaire du gouvernement, en plus du rythme de croissance économique observé au cours de l’année 2017, laissent présager une autre accélération l’an prochain.

Variation du taux d’emploi

La performance de Montréal en ce qui a trait au taux d’emploi demeure relativement faible, ce qui lui vaut de rester au 14e rang en 2016. En fait, ce taux a reculé de 0,6 % (comme à Toronto). La nette amélioration de la performance des villes américaines a largement contribué au recul de Montréal au classement. Notons que le vieillissement démographique un peu plus marqué au Québec influe sur cette donnée.

0
sur 15

Rang nord-américain de Montréal

Variation du taux d'emploi



Sources : Statistique Canada; Bureau of Economic Analysis; Moody’s.

Croissance du nombre de permis de construction

Montréal a renoué avec la croissance en ce qui concerne le nombre de permis de construction accordés, passant du dernier au 12e rang du classement nord-américain. Elle devance Philadelphie, Boston et Pittsburgh pour la première fois depuis la publication de la première édition de ce rapport. En moyenne mobile sur trois ans, la croissance du nombre de permis octroyés est passée de -7,7 % à 5,8 %, mais on reste loin des deux autres villes canadiennes, car Toronto affiche une croissance de 18 % et Vancouver de 15 %.

Croissance des permis de construction



0
sur 15

Rang nord-américain de Montréal

Classement pour la catégorie croissance économique

Classement des villes selon la catégorie Croissance économique



Source : Institut du Québec